L’évolution de la location saisonnière

Doit-on continuer à annoncer sur Abritel, Homelidays, Airbnb, Tripadvisor  Booking… ?

Pour essayer de répondre à cette question, il me semble intéressant d’analyser l’évolution de la location saisonnière de ces dernières années.

« avant c’était simple et facile, mais ça c’était avant… »

Depuis 2015, nous assistons à l’explosion de l’offre de locations saisonnières. Les sites d’annonces se sont professionnalisés et les grands groupes de tourisme en ligne comme Expédia, Booking, Tripadvisor, n’ont pas voulu laisser Airbnb seul sur ce créneau profitable. Ils ont racheté une multitude de sites d’annonces classiques qu’ils ont fait évoluer en place de marché avec la fameuse « réservation en ligne »…

Ce n’est visiblement pas fini. D’autres « monstres » sont sur le point d’intervenir à leurs tours sur ce secteur très convoité. En particulier « Google » qui teste actuellement une nouvelle fonctionnalité sur son moteur de recherche... Quand on connaît les méthodes de ce géant de la Silicon Valley, on peut facilement en conclure que ce test sera vite mis en place et va encore bien changer les règles du jeu…

En juillet dernier, le groupe Allemand Axel Springer, qui possède « seLoger.com », a racheté le site Amivac qui avait besoin d’un bon coup de jeunesse, il faut bien l’avouer. Grace à cette acquisition, sa filiale « seLoger » va pouvoir compléter son offre après le rachat de a-gîtes.com réalisé en 2011 et de Vacances.com en 2012… Vont-ils eux aussi évoluer vers une réservation en ligne obligatoire ? Qui peut encore en douter…

En clair, on est qu’aux débuts de la mutation de la location saisonnière. C’est devenu une affaire de très gros sous : La relation « entre particuliers », qui a fait la richesse humaine de notre activité, ne sera plus la priorité de ces grands groupes…

C’est dans l’air du temps. Les économistes appellent cela l’uberisation de la société. Un terme qui vient du nom de l'entreprise « Uber » qui fait couler beaucoup d’encre sur le secteur des VTC et des taxis... C’est un phénomène récent qui consiste en l'utilisation de services permettant aux professionnels et aux clients de se mettre en relation de manière quasi instantanée, grâce aux nouvelles technologies. De l'immobilier à l'éducation en passant par la santé ou encore le financement... nombreux sont les secteurs touchés par l'ubérisation. La location de vacances n’y a pas échappée… Airbnb était un précurseur avec son modèle économique. Il est maintenant attaqué de tous les côtés mais visiblement cela n’a pas (encore ?) fait baissé le niveau de ses commissions.

Quelles sont les conséquences de l’urberisation dans la location saisonnière ?

L’uberisation est à l’origine du changement de la stratégie des sites d’annonces

Fini la simple « mise en relation » à partir d’un abonnement. Pour résister à la concurrence, les sites doivent devenir captifs pour garder leurs clients (les vacanciers) et imposer leurs règles à leurs annonceurs (les propriétaires). Le marketing est là pour faire passer la pilule en douceur…

Pour ceux qui me suivent depuis quelques années, en 2015 sur le forum communautaire de HomeAway, juste avant son rachat par Expedia, j’avais malheureusement prédit l'évolution de ce site qui était jadis un site presque parfait pour de nombreux propriétaires…

A l’époque, les modératrices de ce forum nous avait assurés qu’il serait toujours possible, pour les formules avec abonnement, de rester en contact direct avec les vacanciers avant leur réservation… Au fil du temps, on voit le résultat…

Il est fort à parier que leur prochaine étape sera de nous imposer la « réservation instantanée »… L’arme suprême pour tout maitriser et éviter la concurrence…

La réservation immédiate est la limite à ne pas franchir : Elle inscrirait la fin de la relation humaine dans le processus de la réservation d’une location de vacances. Pour ceux qui se rappellent de mon intervention sur le forum HomeAway, j’avais fait sourire beaucoup de propriétaires en disant qu’après cette ultime évolution il ne restera plus qu’à envoyer nos ordinateurs en vacances à notre place…

La seconde conséquence est l’impact fiscal

Tous les gouvernements veulent faire rentrer ce manque à gagner dans leurs recettes fiscales… De nombreuses lois sont votées et attendent leurs décrets d’application pour rendre obligatoire l’affichage de la déclaration d’activité sur toutes les annonces. Cela permettra au fisc de traquer les mauvais propriétaires qui ne respectent pas la législation en vigueur… Merci Uber diront certains 😉

Sur ce point, je pense qu’une législation est devenue nécessaire pour structurer cette activité grandissante. Reste à savoir avec quelle sauce elle sera servie et quel impact elle va avoir sur l’économie dans les régions touristiques où de nombreux logements risquent de fermer leurs volets 50 semaines par an si la fiscalité et la lourdeur administrative sont trop importante à supporter pour un simple particulier… Merci les lobbyistes hôteliers diront certains 😉

La troisième conséquence est la course effrénée des dépenses E-marketing

En plus des beaux spots TV à plusieurs millions pour vanter la qualité de leurs services, les sites d’annonces doivent investir des sommes vertigineuses pour rester en tête de liste dans les recherches Google

Je veux parler du « Google Adwords », le programme de publicité sur l’incontournable moteur de recherche qui consiste à acheter des positions sur les requêtes Google.

D’après une étude de Médiamtérie/NetRating, réalisée en janvier 2016, on apprend que qu’en France, ce sont 45,5 millions de vacanciers qui se sont rendus sur internet pour réserver leur séjour. Soit 9 Français sur 10 de la population des 15 ans et plus. On comprend l’importance d’être visible sur Google

Pour illustrer l’importance du positionnement, je vous partage cette étude qui montre l’impact du positionnement sur la probabilité de recevoir la visite d’un internaute sur son site : Prés de 60% du trafic se fait sur les 3 premières places… qui sont généralement des annonces « Google Adwords »…

source graph : Advanced Web Ranking 

Pour acheter cette visibilité et épurer la concurrence, ce sont des millions de dollars qui sont dépensés tous les mois par les gros sites comme Booking, Tripadvisor, Airbnb, Expédia (propriétaire d’Abritel et de Homelidays en France)…

Il est difficile d’avoir des chiffres officiels sur les budgets alloués par ces sociétés mais d’après plusieurs recherches sur internet on peut estimer que Booking.com dépenserait entre 500 K€ et 1 millions de dollars tous les mois en « Google Adwords » ! Une notion de budget qu’on peut retrouver chez ses concurrents Expédia, Tripadvisor, Airbnb…

Les enchères n’ont pas finies de grimper car Google vend ses meilleures positions au mieux offrant. On parle d’un CPC (coût par clic) à plusieurs euros pour certains mots clefs stratégiques… Le coût d’acquisition du visiteur commence à faire cher.

Au final, il est clair que le grand gagnant du business des vacances c’est Google !

Pour financer ces dépenses, les grands groupes doivent trouver des ressources…
et « c’est qui qui paie ??? »

Doit-on en conclure que c’est la fin de la location de vacances entre particuliers ?

Se résigner, s’arrêter de louer sa résidence secondaire ou s’adapter à cette nouvelle tendance. C’est en gros les 3 options qui s’offrent aux propriétaires particuliers.

C’est un choix personnel que chacun doit faire en fonction de sa philosophie de la vie d’aujourd’hui…

Certains propriétaires ne souhaitent pas participer à cette fatalité de l’uberisation et sortent du circuit classique en louant qu’entre amis ou par connaissance ou préfèrent jeter l’éponge car finalement louer en saisonnier n’est pas une obligation financière pour eux...

Certains propriétaires voient en cette évolution un certain confort : On s’occupe de tout pour eux. Sur place, ils peuvent faire appel à une société de conciergerie qui s’occupe de la gestion de leurs locataires. Plus un seul contact avec les vacanciers mais cette gérance à un coût : entre 30 à 50% de leurs revenus locatifs en moins. A condition d’avoir trouvé des intermédiaires sérieux et de confiance… Un autre sujet pour un prochain article.

Reste les propriétaires « opportunistes »

Ce sont ceux qui veulent s’adapter mais pas se faire totalement plumer...

Etre « opportuniste » demande de consacrer beaucoup de temps à la gestion de sa location :

Il faut surveiller constamment les évolutions des sites d’annonces et s’adapter régulièrement. Il faut être présent sur de plus en plus de sites pour faire jouer la concurrence en sélectionnant ceux qui répondent le mieux à son profil. Dans la limite de l’acceptable, comme la fameuse « réservation immédiate » qui est la ligne rouge et une source de nombreux problèmes… La réservation immédiate est à laisser aux professionnels et aux propriétaires qui ne recherchent que le profit et un taux de remplissage maximum.

Pour louer plus et mieux, il faut analyser et saisir toutes les opportunités. C'est là que les sites tentaculaires ont un intérêt…

Après tout, il est normal qu’un site commercial soit là pour faire du commerce et gagner de l’argent ! A nous de faire jouer notre droit à la concurrence et apporter le choix à nos vacanciers de réserver en un clic avec des frais ou de garder un peu d’humanisme dans l’échange préalable à la réservation…

On choisit sa boulangerie parce qu’elle fait du bon pain, que la boulangère est sympa et qu’elle pratique des tarifs raisonnables. Il me semble que c’est exactement la même chose pour les sites d’annonces…

D’un coté, on a « les sites tentaculaires » qui interdisent la relation en directe et imposent des frais de service relativement importants…

De l’autre coté, on trouve « les sites classiques » qui résistent encore en proposant une relation en direct sans frais de réservation. Il est clair que ces sites ne jouent pas dans la même cours que les précédents mais ils peuvent jouer les intermédiaires pour les vacanciers qui veulent réserver au meilleur tarif et échapper aux « frais de service ». J’ai mis quelques exemples de sites mais intuitivement j’ai inclus le site LVP dans ce groupe… 😉

Au centre du jeu, on retrouve le propriétaire « opportuniste ». Dans cette configuration, il peut recevoir d’un coté des demandes de réservations en provenance des « sites tentaculaires » qu’il pourra accepter, refuser ou essayer de rediriger intelligemment sans se faire censurer. De l’autre coté, il reçoit des demandes de contacts en direct depuis les sites classiques qui lui permettent de rester visible sur internet pour récupérer les vacanciers qui veulent échapper aux commissions des « tentaculaires ».

Derrière lui, j’ai incrusté son site internet dédié à sa location. Un site personnel n’est pas obligatoire mais il facilite grandement la mise en relation en direct et lui permet de se démarquer de la concurrence de ses voisins.

Pour que ça fonctionne, notre propriétaire « opportuniste » doit créer un lien commun entre toutes ses annonces. Pour y arriver il doit donner un nom atypique à sa location. C’était ma suggestion du mois dernier… Si ce n'est pas déjà fait, je vous invite à la consulter : « pourquoi donner un nom à sa location ».

Pas besoin de forcer la main aux vacanciers...

Libre à eux de préférer une réservation via un des sites « tentaculaires » en leur apportant des moyens pour faire notre promotion... S’ils veulent éviter ces frais de réservation, ils peuvent facilement retrouver la location de leur choix via une rapide recherche Google. A condition que le propriétaire soit un « opportuniste » qui a pensé à indiquer correctement le nom de sa location sur toutes ses annonces... L’histoire du Petit Poucet dans l'immense forêt Google…

J’espère que cet article vous aidera à mieux comprendre comment on peut s’adapter aux évolutions des sites d’annonces que nous avons aimé et vu se transformer à nos dépens : Les vacanciers, comme les propriétaires ont le droit de faire leur choix en leur âme et conscience.

N’hésitez pas à réagir et à partager vos avis sur le sujet. Cela aidera les autres propriétaires de la communauté et ça me permettra de juger de l’intérêt de ce genre de recommandation pour l’avenir. A défaut de commentaire, un peu « like » (ou « don’t like ») fera l’affaire…

Benoit.

35 réponses

  1. Superbe article. Un seul defaut: je ne trouve rien à y redire :-)
    • Merci!
    • Bonjour à tous,

      Je viens enfin de lire l’article de Benoît, une fois encore très complet et qui tombe à pic : l’importance de savoir qui loge dans votre location et avoir un minimum/maximum de contact « humain » avant d’accepter une réservation.

      En effet, vendredi dernier 20 octobre, il est 9.00 h, je suis en Alsace, entrain de faire un dernier check avant l’arrivée des locataires du weekend en début d’après midi au Moulin Vollach. Le téléphone sonne « Allo, ici la police scientifique de Versailles, êtes-vous bien Mme MLD propriétaire d’un bien à Lagny sur Marne ? qui sont vos locataires ? leur identité ? leur lien de parenté ? votre lien de parenté avec eux, pourquoi louez-vous, etc. ? » Les questions s’enchainent pendant 10 minutes sans que je sache de quoi il en retourne. J’ai des sueurs froides, chaudes, les jambes tremblent pour enfin m’entendre dire que notre locataire britannique arrivé mardi 17/10 et qui devait repartir samedi 21/10 est décédé (dans la nuit, le matin ?) ! Le loft est mis sous scellé car suspicion de meurtre ou d’empoisonnement ... je n’en crois pas mes oreilles !

      Quand cette personne a réservé en juillet via Homelidays son message était le suivant : “A celebration trip for the end of cancer treatment for my 5 year old granddaughter. Myself, my daughter and her partner plus 2 grandchildren”.

      La police m’a ensuite passé le gendre, effondré, choqué, il ne parle pas un mot de français, je suis à 4 heures de route de Lagny avec déjà une journée surchargée et Philippe en déplacement à Miami (il ne rentre que demain). Heureusement que nous avons nos voisins et amis (qui font le check-in/out et le ménage) que j’ai immédiatement appelé, en moins de 2 minutes ils étaient sur les lieux, mais interdiction d’entrer : branlebas de combat jusqu’à 15.00 h dans la zone piétonne quand enfin tous les doutes étaient levés → mort naturelle : Samu, 2 voitures de police municipale, 2 voitures de la gendarmerie, 1 camionnette da la police scientifique, ensuite une ambulance, une autre voiture de l’hôpital avec le médecin légiste, et finalement les pompes funèbres...

      Bref, je vous passe tous les détails, j’ai passé la journée de vendredi et samedi pendue au téléphone, encore hier avec la fille pour finaliser les derniers documents avec le consulat britannique pour que le corps soit rapatrié au Royaume-Uni en fin de cette semaine.

      Hier j’ai téléphoné à Homelidays pour leur signaler ce qui s’était passé avec « notre client respectif » et savoir si leur assurance (que le locataire a payé puisque c’était un paiement en ligne) couvrait le remplacement de toute la literie (matelas y compris) qui a été mis à la déchetterie. La réponse a été aussi rapide que l’éclair « NON car il s’agit d’un cas de force majeure ». J’ai failli m’étrangler en entendant une ineptie pareille, mais bon, qu’à cela ne tienne, ce n’est finalement plus qu’un détail.

      Moralité de l’histoire, ne lâchons rien – même si dans ce cas précis extrême - il est impératif de savoir qui est hébergé chez vous !
    • Marie-Helene
      Bonjour Bravo pour tous vos conseils judicieux et documentés qui vont m’aider à ouvrir mes chambres d’hôtes. Que pensez-vous des gîtes de France? Dans quelle catégorie les placés vous?
      Marie-Helene
    • vcoquentin vcoquentin
      Bonjour

      comme beaucoup je suis une propriétaire qui utilisait Abritel et qui au fur et à mesure des années a vu les méthodes changer. J'ai fini par accepter le paiement en ligne, le service pris par Abritel représente près de 8% du loyer. J'ai refusé la réservation en ligne. Depuis, plus de demande de vacanciers. Alors que la promesse était une augmentation des réservations. Je suis extrêmement énervée par ces pratiques qui nous mettent le couteau sous la gorge.
      J'utilise moi même Abritel pour partir en vacances et il faut ruser pour obtenir les coordonnées des propriétaires et passer en direct. Ma dernière expérience : je suis tombée sur un super propriétaire qui m'a retrouvée par "les pages jaunes". Ainsi nous avons conclu la location en directe.
      Votre site est un miracle. Je pensais que cela n'existait plus. C'est un de mes vacanciers qui m'a donné vos coordonnées.
      Encore merci pour ce que vous proposez.
      Valérie C.
    • Résume très bien la situation à aujourd'hui (février 2018)
      Nous ne jouons pas dans la cour de grands, mais quand des locataires se rendent compte de la somme dilapidée sur les sites tentaculaires une fois arrivés dans notre gîte...ils reviennent l'année suivante en direct sans se poser de question, et avec une reconnaissance de leur avoir ouvert les yeux : de l'intérêt d'un vrai accueil différenciant des locations "impersonnelles". Tout dépend aussi de la location proposée; Les dortoir de vacances qui ne servent qu'au couchage et qui n'ont pas d'âme auront du mal à se différencier.
    • 450-Dek-af 450-Dek-af
      Je le trouve trés interessant et bien documenté, la difficulté c'est comment pour nous particulier nous pouvons au mieux jouer sur les deux tableaux sans être obligé de passer beaucoup de temps sur la meilleure recherche du client vacancier.
  2. AGS
    C'est avec beaucoup d'attention que j'ai appris que j'étais une propriétaire "opportuniste" mais j'adore le jeu et j'ai du temps...
    Merci Benoit pour cet article très intéressant
    Un petit bonjour depuis Londres
  3. Merci Benoît superbe article. Bonne fin de weekend à tous.
  4. Merci pour cette synthèse Benoit.
    Le gros risque de la réservation instantanée c'est que vous êtes pieds et poings liés avec un seul opérateur.
    Je l'accepte pour la première fois cette année avec Britanny Ferries. C'est souple, le contact est facile et très rapide avec eux.
    Exemple: j'ai une demande par une autre source, un mail et dans les minutes qui suivent- hors dimanche en dehors de la haute saison - un accusé réception confirmant que la dite période n'est plus commercialisée par eux.

    Je ne savais pas que je faisais du Monsieur Jourdain de la location saisonnière sans le savoir: la démonstration de Benoit me correspond pour partie: je ne suis plus chez les tentaculaires.Un essai avec Tripadvisor m'a un peu refroidi.
  5. Merci pour cet éclairage qui noircit (!) malheureusement le paysage de la location saisonnière.
    Je partage depuis longtemps cette analyse.
    Bientôt viendra le temps où nous déposerons les clés de notre bien à un service de conciergerie 'ubérisé' et nous n'aurons plus qu'à attendre que l'aumône nous soit reversée.
    Il convient à tous les propriétaires (nous) d'alerter les futurs vacanciers (mais nous sommes tous des vacanciers potentiels !) qu'ils participent inconsciemment à la dégradation de cette situation.
    Pour ma part, j'amuse beaucoup mes enfants et mes petits-enfants en boycottant certaines enseignes multinationales qui, à mon goût, détruisent beaucoup d'emplois. Parfois je galère, mais dans la majorité des cas je trouve la solution et à un moindre prix.
    Alors courage !
    • Bjr,
      Entièrement d'accord avec Jean (et aussi un très grand MERCI à Benoit, pour cet article)
      Une des solutions passe bien ,comme le dit Jean, par l'éducation de nos clients vacanciers (et faire payer moins cher, le séjour, lorsque le client passe en direct !). Pour ma part, en tant que vacancier, je me fais un point d'honneur à ne jamais passer par ces "sites vampires" pour trouver mon séjour vacances. Même si je dois perdre un peu de mon temps, je cherche toujours le site perso du loueur, afin de réserver en direct.
      En tant que loueur, j'ai quitté les annonceurs Abritel, ainb&b... et même le Bon coin qui a commencé à mettre en place la réservation en ligne! et qui ne ns communique plus les emails de nos clients potentiels! (abritel a commencé comme ça!)
      Les 1ers fautifs (si j'ose dire) ce sont les hôteliers qui se sont tous faits vampirisés, bien avant nous! Même si certains ont réagi... mais c'était trop tard ! Du coup, le pli étant pris, quelle aubaine de faire la même chose avec les loueurs de meublés de tourisme (bien + nombreux que les hôteliers ! ) Par ici, encore plus de monnaie pour ces sites tentaculaires!
      Une autre solution serait la création d'un énorme site comme LVP, qui regrouperait tous les loueurs voulant rester libres (un site qui fonctionnerait, comme celui d'Abritel ds les temps anciens bénis !!) Un site qui se ferait connaître de tous... mais ..PB.... le budget ! Comment financer celà?
      Bref, pour l'instant je résiste... et fuis ts ces sites "parasites" mais jusqu'à quand ?
      Sauf erreur de ma part, je ne vois pas "PAP vacances" cité ds les sites classiques? Cet annonceur (auprès duquel je suis encore fidèle) fonctionne à l'ancienne; On paie son annonce à l'année, et le client passe en direct avec nous. Je ne remplis pas mon planning avec lui (loin s'en faut) mais il m'a apporté qqs réservations ! (donc, un annonceur à encourager!).
      Ces sites tentaculaires nous mettent à genoux, et obligent même les agences immobilières ainsi que les centrales de réservation de certains villages touristiques à passer par eux, pour arriver à faire des réservations pour leurs propres clients ! UN COMBLE! mêmes les professionnels doivent payer pour exercer leur job!!
      Serait-il encore possible de renverser la vapeur ??
      Et parmi nous, reste-t'il encore quelques gaulois irréductibles?
  6. Merci Benoit, belle analyse.

    Je suis l'opportuniste par excellence.
    Récemment arrivée dans l'activité, je n ai pas connu "sans les tentaculaires" donc j ai naturellement "fait avec".
    J'ai toutefois boycotté booking car je trouve leurs frais et leur stratégie vraiment trop agressifs.
    J ai un abonnement abritel qui pour l instant est "rentabilisé", surtout que j arrive en général à reaiguiller les contacts pour conclure en direct. Mais s ils imposent la réservation instantanée cela sera sans moi!
    Airbnb remplit les périodes creuses assez bien, avec des commissions plus raisonnables à mon sens. Mais avec des rencontres humaines parfois très agréables et d autres beaucoup plus mitigées même sans accepter la réservation instantanée. Le prix à accepter si on veut combler les creux.....

    Bonnes locations à tous
    • Bonjour Deborah,

      Je partage votre point concernant "Booking", ce site n'est pas vraiment un site dédié a la location de vacances. c'est surement le site le plus bloquant de tous. Il est quasiment impossible de communiquer avec les vacanciers. Ce n'est pas un site que j'utilise et je ne le recommande pas, mais il représente parfaitement les "tentaculaires" d'où ça présence incontournable dans mon analyse.

      De même pour la réservation instantané (immédiate). Tous les sites rêvent de pouvoir l'imposer mais visiblement ils ont beaucoup de mal car en face les propriétaires ne sont pas des professionnels comme les hôteliers et une erreur de planning peut-être fatale. Le nombre de mauvaise surprise de certains vacanciers qui ont utilisés ce mode de réservation cet été à fait la une des journaux et le buzz des réseaux sociaux cet été... Bref, à fuir absolument !

      Pour Airbnb, beaucoup de propriétaires l'utilisent pour les périodes creuses où ils peuvent être moins exigent et accepter de louer que pour le weekend. Ce site est, d'après moi, le plus aboutit dans la gestion de la réservation en ligne : les vacanciers sont des habitués du site et ont généralement des avis de leurs précédents propriétaires ce qui permet d'avoir une idée de leur sérieux. Reste le niveau de commission qui reste élevé : environ 18%.
  7. Teissier
    Bonjour,

    Excellente analyse de la situation actuelle. Le juriste que j'étais et que je suis encore un peu s'interroge sur les relations contractuelles générées par les réservations en ligne et l'entremise qui en est à l'origine. Pour ma part, il existe quand même une question de l'obligation de la carte professionnelle en immobilier tant l'immixtion des sites tentaculaires se fait de plus en plus invasive. Que dire des litiges nés ou a naître? On a eu récemment quelques exemples concrets qui ne sont pas rassurants. Rappelons quand même que le bail écrit pour une location saisonnière est obligatoire outre certaines mentions ainsi que l'inventaire. Nous ne sommes pas dans un monde de bisounours et malheureusement la méfiance est salutaire. Il vaut mieux refuser une location que de se retrouver en difficultés d'autant que les grands sites sont souvent résistants à prendre leur part de responsabilité. Si se faire plumer est moderne, je préfère être passéiste. Pour ma part, je n'ai pas encore sauté le pas de la location saisonnière car dans l'immédiat je n'en ai pas encore besoin et puis s'agissant d'une maison à la mer j'en profite le plus possible. Tout cela n'est pas réjouissant, je me demande si je ne suis pas en train de devenir un vieux c..
    • Rassurez-vous, vous n'être surement pas en train de devenir un vieux c... ;-) !

      Vous avez tout à fait raison sur le flou total qui existe dans les relations contractuelles générées par les réservations en ligne ces sites tentaculaires.

      Il suffit de lire leurs conditions générales d'utilisation, à moins d'être un expert juriste avec un loupe, qui peut arriver à les consulter avant de cliquer sur "je réserve" ?

      Pourtant on y découvrir qu'en cas de soucis, ils ne sont responsable de rien. Ils ne sont qu'un simple intermédiaire dans la relation vacanciers et propriétaires... et leur responsabilité s'arrête là.

      Les histoires de mauvaises expériences sont nombreuses sur internent, aussi bien coté vacanciers que propriétaires. Visiblement peut d'entre eux vont jusqu'au bout de leur démarches en justice car c'est très compliqué et très long avec des sites qui ne sont pas basés juridiquement en France...

      De plus, des sites qui peuvent mettre tous les mois des millions sur la table pour acheter des postions Google ont surement les moyens de rémunérer des experts en droit international pour trouver les bonnes failles du système et éviter de se retrouver responsable de quoi que ce soit.

      Je n'ai pas évoqué ce point dans mon analyse mais avez-vous déjà essayé de contacter un service client de l'un de ces sites tentaculaires ?
      Pour ce qui est de Airbnb ou HomeAway, c'est folklorique... Exception pour Tripadvisor qui sur ce point n'est pas trop mauvais. Déjà bon courage pour trouver un numéro de téléphone pour les joindre... Alors imaginez un vacanciers qui se retrouve devant sa location un samedi soir avec personne pour lui ouvrir...
  8. CS
    Très bon article qui exprime mes pensées. J'ai arrêté avec Abritel dès qu'ils ont commencé avec leur nouvelle politique, désormais je ne suis plus que sur a-gites. Problème: les demandes de location ont énormément baissé, sont presque inexistantes sans Abritel, au moins hors saison. Que faire??
  9. Comme le fait remarquer BEATRICE, je n'ai pas indiqué le site "PAP VACANCES", c'est un oubli car effectivement ce site représente parfaitement la catégorie des "classiques". De plus, il a l'avantage de bien travailler son référencement Google et arrive a se placer assez souvent en tête de liste devant les "tentaculaires".

    Pour ce qui est de la création d'un énorme site comme LVP, qui regrouperait tous les loueurs voulant rester libres, c'est un peu l'idée dans un monde parfait mais ne rêvons pas tous les propriétaires ne sont pas tous disponible a investir de leur temps pour gérer la relation en direct avec les vacanciers....

    J'ai pas trop insisté sur l'analyse du graphique en introduction de mon article mais il est bon de noter que 64% des français en vision client apprécient l'uberisation... Et 52% des professionnels aussi.... On ne peut donc pas totalement faire l'impasse sur cette tendance me semble-t-il.
  10. Merci Benoit pour cette analyse fouillée et dans laquelle je me retrouve. Je me permet d'apporter ma pierre à l'édifice de cette analyse, par ces quelques commentaires.

    Une précision de taille : si en effet les sites de locations de vacances entre particuliers se sont ubérisés à ce point c'est que nous nous trouvons plus que jamais dans une époque sociétale ultra-libéralisée ou la moindre activité économique est épiée pour faire rapporter encore plus, aux plus gros. Il n'y pas lieu que nous nous en étonnions puisque c'est le modèle dominant contre lequel nous avons toutes et tous abdiqués..., tout au plus à mettre un peu plus en colère le citoyen du monde que nous sommes. Ce constat est à désespérer, de mon point de vue, il donne à voir un modèle économique qui s'annonce comme la règle...mais il devient dur et épuisant de lutter contre.

    Autre élément d'appréciation c'est la prise en compte du moment socio-économique dans lequel nous sommes : il y a d'une part une offre pléthorique de logement à louer et cela c'est aussi le signe d'une époque de crise économique qui ne dit pas son nom ou les charges sont telles qu'il devient compliqué de posséder, pour la classe moyenne, sa résidence principale et garder un autre bien immobilier en plus.

    Par ailleurs je connais des propriétaires, y compris de résidences principales "attractives" du point de vue de leur situation touristique, qui ont besoin de créer des rentrées financières pour venir en appui à leurs charges courantes. Il y a aussi bon nombres de résidences dites "secondaires" qui sont des biens de familles transmis générations après générations (et je suis de ceux là) et qui pour ne pas avoir à vendre, qui pour payer les charges courantes et y faire quelques travaux n'ont pas d'autres choix que de "rentabiliser" un peu un bien qui n'est pas utilisé à 100%, par les locations saisonnières.

    Le modèle dans lequel nous étions grâce à Internet pendant près de 10 ans et avant qu'il ne "s'Ubérise" nous a permis de garder ces biens tout en les louant pour que ces modestes revenus viennent atténuer tout ou partie de nos charges...aujourd'hui la donne est plus agressive car ces ressources fondent comme neige au soleil (et cela a été mon cas ces deux dernières années) pour la raison d'une part de cette offre pléthorique : plus d'offres que de demandes et parce que sans visibilité sur Internet point de salut pour exister et donc louer....

    Pour ma part j'essayes en effet de diversifier ma visibilité pour continuer à suffisamment louer ce bien de famille ( https://locations-vacances-particuliers.com/portfolio-view/villa-santa-lucia/) mais jusqu'ou je pourrais tenir dans ce qui devient un marché aux gros enjeux....Je m'interroge autant que je m'inquiète car ce serait pour un crève cœur que de devoir me séparer de ce lieu transmis depuis près de 5 générations.

    Sale époque.
    Merci Benoit de contribuer à ce site qui met en lien des vraies personnes avec d'autres vraies personnes pour valoriser un territoire, un lieu...une histoire.
    • Bonjour Manuel,

      Je n'ai malheureusement pas la possibilité de répondre a tous les commentaires mais je tiens a répondre au votre.

      Vous avez tout a fait raison sur vos précisions. En particulier sur l'augmentation de l'offre de logement qui vient rajouter une certaine compétition entre les propriétaires pour arriver à louer. L'effet de l'offre et la demande qui rajoute une difficulté dans cette promotion et que les gros sites veulent exploiter...

      Vous avez tout a fait raison sur l'évolution de notre société. Je dois avouer que moi aussi dans certains cas j'aime bien aller vite en achetant sur Amazon en un clic... Mais on assiste aussi à un retour au "véritable" et à la relation
      en directe. Dans l'alimentaire par exemple, l'achat direct au producteur explose. A un tel point que les grandes surface et les industriels doivent exploiter cette image pour leur marketing... Espérons que ce ne soit pas qu'un feu de paille....

      Adaptons les méthodes de consommation d'aujourd'hui avec des outils modernes mais sans oublier les genes de la location de vacances : la relation humaine entre particuliers !

      Tenez bon pour arriver à garder votre bien familiale en le mettant en avant sur la toile.
  11. Eliane
    Bonjour à tous,

    Quelle analyse pertinente !
    Merci pour cet article très complet.

    Moi je dis : Résistons, résistons à l'uberisation !
    Oui je continue de rêver et de vouloir un monde où les gens se parlent, s'écoutent...
    Je suis annonceur sur Abritel et j'avoue que les changements (radicaux) opérés me laisse sans voix !
    Les frais de service pour les locataires sont délirants !
    Plus de contacts directs !
    Jusqu'à présent j'ai résisté au paiement en ligne !
    Abritel propose un paiement différé pour le solde (1 semaine minimum) et lors du virement bancaire des frais sont également retenus !!
    Quel intérêt ? alors que pour le moment les arrhes me sont versées lorsque le contrat m'est envoyé et le règlement du solde de la location à l'arrivée des locataires donc immédiatement et sans retenue de frais !!!
    Petit à petit c'est la "grande machine" qui envoie des mails à votre place pour annoncer la réservation, demander les paiements, remercier vos locataires lorsqu’ils sont de retour chez eux !
    En plus une multitude de boutons, d'actions à réaliser qui fait que je ne vois pas du tout la simplification de la relation aux clients.
    Et maintenant on nous demande d'évaluer nos locataires en les notant !!
    Est-ce qu'ils ont été bien propres, bien gentils ???

    Payer pour être vu sur un site de location saisonnière ne me parait pas inconvenant mais de grâce, laissez aux propriétaires qui le souhaitent le loisir (et le plaisir) de gérer leur bien et les relations avec leurs clients !

    Je vais rejoindre votre communauté avec enthousiasme !

    A très bientôt donc !
    • Martine GUYOT
      Merci Isabelle pour votre conseil de ne pas indiquer son site. Vous dites qu'il y a des ruses mais que vous ne les donnerez pas ici, dommage, vous en avez trop dit ou pas assez...

      Pour ma part, il me reste 3 mois pour décider si je renouvelle avec Homelidays ou pas, qui pourtant m'a jusqu'à présent apporté 100 % de mes réservations. Et je suis toujours indécise, malgré la lecture de tous vos avis !

      Bonne journée à tous,
      Martine
  12. Bonjour,

    L'analyse est correcte, mais le seul problème est que je n'ai jamais loué mon bien avec les sites "traditionnels" LVP, Amivac etc... Juste une fois avec Le bon coin, mais se site est plutôt néfaste en termes d'escroquerie.
    Pour les sites "tentaculaires" il est vrai qu'on est à la merci de ces financiers, mais comme David contre Goliath, on peut facilement s'en tirer à bon compte, je ne dicterai pas ici les ruses pour y arriver, juste un conseil, ne pas mettre en avant son site personnel, car celui-ci pourrai être bloqué dans les recherches Google.
    Bonne continuation
    Isabelle.
    • Bonjour Isabelle

      L'idée n'est pas d'indiquer directement l'adresse de son site sur ses annonces Airbnb, Tripadvisor, HomeAway et les autres : c'est interdit dans leurs CGU et l'annonce serait rapidement censurée...

      Il faut faire sous entendre au lecteur de l'annonce qu'il peut essayer d'en savoir plus sur votre location en faisant une rapide recherche à partir de votre nom sur Google. Pour cela il suffit d'indiquer le nom de votre location sur toutes vos annonces. Cela permettra a Google d'afficher toutes les pages du web qui parlent de votre location. Les sites payants mais aussi les sites gratuits.

      Je peux vous assurer que beaucoup de personnes avant de réserver depuis un site commence par s'assurer de la réputation de la location sur Google...

      Dans l'autre sens, pour un propriétaire il est aussi très intéressant de vérifier sa réputation d'un vacancier sur internet avant d'accepter sa demande. A partir de son nom, on a vite une idée de son sérieux...

      Benoit.
  13. Je reprends la plume pour vous faire part d'une anecdote.

    Abritel depuis quelques jours a revisité son ergonomie, avec un onglet "performances". Celui ci est bardé de camemberts qui vous indiquent la place ou vous êtes par rapport à la "concurrence" sur toute une séries d'indicateurs...rien à redire on est dans la logique de ce site...et en effet il y a tellement de concitoyens qui louent par nécessité leur bien que tout ceci devient une forme de concurrence puisque l'offre devient supérieure à la demande...le plus drôle et le plus scandaleux n'est pas là.

    Abritel qui a besoin de nous séduire...et de nous rendre captif de son site (d'abord pour son plus grand profit) met un onglet qui est censé vous estimer vos revenus locatifs annuels avec une fourchette haute/une fourchette basse et une somme médiane qui, on le déduit, est la somme la plus vraisemblable que vous devriez être en capacité de recevoir de vos locations grâce à Abritel....
    Pour ce qui me concerne, Abritel m'indique en fourchette basse : 17102 € de revenus annuels, la fourchette haute : 28044 € et la somme médiane : 22723 € de revenus annuels....
    Quelle belle arnaque que de nous faire croire cela....pour ce qui me concerne ces ressources n'ont été que de moins de 5000€ cette année soit -75 % de la somme médiane....
    Faites rêver le petit propriétaire et vous l'aurez ferré ! Minable.

    Conscient du risque ils balisent cette indication avec dans un cartouche indicatif les précisions suivantes que nous écrit Abritel, afin de se garantir de toutes contestations juridiques, lisez plutôt :

    Il s’agit d’une estimation du montant que vous pourriez générer en une année avec la location de votre propriété. Cette estimation se base sur les revenus des propriétés similaires de votre marché. Pour ce faire, nous analysons plusieurs critères tels que les équipements, le type de propriété, l’activation de la réservation en ligne et plus. Cette estimation suppose un niveau d’occupation élevé et un grand nombre de réservations, en fonction des performances de votre marché. Actuellement, cette plage indique uniquement vos revenus locatifs sur les sites Web HomeAway.
    Veuillez noter qu’il s’agit d’une estimation et non d’une garantie de performances. Vos revenus de réservation réels sont susceptibles d’être différents de la plage indiquée.

    MERCI ABRITEL DE NOUS FAIRE RÊVER ET PAR LA MÊME OCCASION DE NOUS MENTIR UN PEU PLUS !
  14. mbarnier1
    A propos des Adwords, notre expérience :
    Nous sommes adhérents de Homeaway avec de bons résultats à l’international. Mais les changements récents ne nous plaisent pas !
    Nous avons été adhérents, quelques temps, à France Randos (une association basée dans le Gers).
    Cotisation annuelle 30€. Pas de référencement Google. Aucune demande de location. Nous n’avons pas renouvelé.
    Nous sommes adhérents de l’Association des Loueurs de Calanques (ALC) depuis sa création en 2012. Elle est gérée par des bénévoles. Son but est la mise en relation des propriétaires et des vacanciers. Rien de plus. Cette association compte env 100 adhérents.
    Un site internet a été créé par un webmaster rémunéré qui en assure l’hébergement, la maintenance et en tant que de besoin l’évolution.
    Pour être référencé en 1ère page sur Google sur les mots « locations cassis », l’ALC paie les « Adwords » et arrive à trouver sa place à côté des « majors » avec des résultats très supérieurs à Abritel s’agissant de la clientèle francophone.
    Parlons chiffres : en 2017, les Adwords s’élèvent à 8100€. Le Webmaster nous coûte 4750€
    Dépenses couvertes par une cotisation annuelle de 160€ en 2017 et 2018. C’est peanuts à côté du chiffre d’affaires. Il n’y a pas lieu de victimiser, c’est inconvenant.
    Ce contexte nous laisse un peu de marge et nous avons lancé l’étude pour que les annonces de l’ALC soient consultables en allemand en Allemagne et en anglais dans les pays anglophones. L’idée est évidemment de pouvoir se passer d’ Homeaway et consorts ! Affaire à suivre…
    • Bonjour "MBARNIER1"

      Merci pour votre commentaire.

      Le "Adwords" est une des solutions pour faire venir du monde sur un site et les annonces, il permet un bon ciblage. Le site LVP utilise déjà cette solution avec un budget mensuel que nous allons pouvoir augmenter avec la mise en place prochaine des cotisations (30€/an). Environ la moitié des revenus des cotisations sera consacré a alimenter ce budget. Le reste servira a financer la maintenance, la gestion et l'amélioration du site sans aucun bénéfice étant en association loi 1901.

      Nous travaillons actuellement sur la réalisation de pages thématiques par zone géographique et par thème de recherches (locations de vacances avec animaux, au bord de la plage, etc...). Cela va nous permettre de faire du référencement sur Google naturellement, et gratuitement... Juste un investissement de temps.

      Nous comptons aussi sur le réseau pour faire connaitre LVP : Les propriétaire vont prochainement être invités à mettre à disposition dans leurs logements des brochures pour informer les vacanciers sur l'intérêt de réserver en direct entre particulier en rappelant les bonnes pratiques pour éviter les escroqueries.

      Encore une fois, pour bien louer, il faut mettre mettre en place plusieurs stratégies : Certains vacanciers refusent de payer des frais de réservations mais d'autres préfèrent se faciliter la vie en réservant en ligne malgré des frais supplémentaire (à leur charge)... Dans les deux cas, pour les propriétaires, il faut être conscient que faire de la location saisonnière est demande du temps et du sérieux...

      Benoit
    • 450-Dek-af 450-Dek-af
      Quand pourrons nous avoir une brochure pour la mettre dans les brochures mises à disposition dans nos locations. Merci pour cette information
  15. Philippe COSTE
    bonjour

    merci pour ces articles et ces commentaires

    vous écrivez
    "Dans la limite de l’acceptable, comme la fameuse « réservation immédiate » qui est la ligne rouge et une source de nombreux problèmes… La réservation immédiate est à laisser aux professionnels et aux propriétaires qui ne recherchent que le profit et un taux de remplissage maximum".

    je serais très intéressé par un article uniquement sur la réservations instantanée (immédiate) pour les gîtes

    ça me panique un peu de louer à des clients avec qui je n'ai eu aucun contact, dont je ne connais pas les motivations pour louer

    pouvez vous développer cette ligne rouge et ses problèmes

    Ceux qui sont "pour" disent que les clients la demandent : or Abritel ou Booking disent que plus de 80% des réservations ne se font pas en instantané !
    et on ne sait pas d'ou vient cette idée que les clients sont "pour" (sauf les clients "difficiles" qui ne veulent pas être détectés par l’hébergeur !)
    il n'y a aucune étude sérieuse publiée sur le sujet

    notre comité du tourisme du Gard lance un place de marché, et si vous voulez y apparaitre ... il faudra être en réservation instantanée .... je ne comprends pas pourquoi; pour moi c'est aussi une ligne rouge, c'est la raison pour laquelle ne me suis pas inscrit sur Booking

    merci

    Philippe
    http://www.gite-mas-de-coste.com
    https://www.facebook.com/GitesMasdeCoste
    • Bonjour Philippe,

      Vous avez tout à fait raison, je suis rarement catégorique dans mes propos mais concernant la réservation immédiate (ou instantanée), je confirme : elle est extrêmement dangereuse pour les vacanciers et les propriétaires. C'est la ligne rouge à ne pas franchir quand on travail avec ces sites d'annonces...

      Pour légitimer l'intérêt de la réservation immédiate, les sites utilisent le fait que les internautes aiment bien aller vite et payer en "un clic" comme sur Amazon... C'est vrai, mais à quel prix, ces mêmes internautes sont-ils conscients des risques qu'ils prennent en réservant une location de vacances à des particuliers qui n'existent peut-être pas sans lire les CGU de ces sites ? Sans parler des risques de piratage de leur CB...

      Le seul intérêt de cette réservation immédiate est pour les sites eux mêmes : cela évite les vacanciers de découvrir qu'ils peuvent payer moins cher en passant en direct avec les propriétaires après quelques échanges sympathiques depuis leur messagerie avant le paiement... Le reste c'est une affaire de marketing !

      L'affaire de SKI-ZEN.COM qui fait la une de nombreux médias suite à notre récente alerte sur notre blog est un bel exemple des dangers de la réservation en ligne sans échanges préalables....

      Je vais préparer prochainement un nouvel article sur le sujet.

      Benoit
  16. gabrielepa
    Bonjour a tous, merci pour tous ces interessants commentaires. En Italie aussi , comme dans tout le monde, la uberisation fait des esclaves et le problème commence devenir important dans la société.
    Apres dix ans de presence d'un annonce sur Homelidays/Abritel J'ai laissé cette plateforme le mois passé.. Ci-dessous mon commentaire sur le forum " Inserzionisti di Homelidays",

    79. Re: Inserzionisti di Homelidays
    23 dicembre 2017, 21:55
    Chiuso questa settimana con Homelidays, dopo dieci anni di proficuo rapporto. Senza rimpianti perchè sono approdato su un portale ( Mediavacanze) che fa il servizio che serve a me, cioè mettermi in contatto con qualcuno che vuole affittare la mia casa. Homelidays, diventato una emanazione di Expedia dal 2015, ha cessato di essere una piattaforma di servizio per diventare il gestionario del mio bene, lavoro che peraltro sa fare molto male, perchè annebbiato dalla ricerca del massimo profitto. Ciao belli i!!!

    Oggi ho anche depositato il mio annuncio su un nuovo portale francese gratuito, LVP ( Location vacances proprietaires) che è gratuito e fatto bene, come anche lo è Mediavacanze
  17. Anita
    Bonjour à vous tous,

    Merci Benoit pour tous ces éclaircissemts et de votre investissement.

    Comme vous dites : "se résigner, s’arrêter de louer sa résidence secondaire ou s’adapter à cette nouvelle tendance " et en aucun cas j'envisage ces 3 solutions.

    Pourtant il me faut bien l'avouer à ce jour je reste assez désemparée.

    Depuis 2012 je suis sur Abritel et j'en ai toujours été très satisfaite avec un taux de remplissage tout à fait honorable.

    Mais leur nouvelle politique abject ne correspond plus du tout à ma philosophie de la location. J'aime avoir des échanges directes et privilégiées avec mes futurs locataires. Un contact humain et non me sentir pressurisée par Abritel qui m'impose leur dictature sous peine de sanction.

    Je me sens complètement manipulée et spolier de ma propriété par Abritel et je me sens très révoltée devant cet état de fait scandaleux.

    Mon abonnement prend fin dans 5 mois et je n'ai pas l'intention de renouveler mon annonce au vu de mon commentaire. Ceci dit je crains fortement une chute réelle de mon taux de remplissage.

    Pour terminer par une note positive : L'union fait la force et je vous rejoins.
    Et on y croit ;-))
    Cordialement.
  18. Bonsoir à tous

    Que pensez-vous de Gites de France?
    Je suis assez désœuvrée face à toutes ces néfastes évolutions: Abritel je n'ai pas adhéré à la réservation et paiement immédiat, plus aucune demandes.
    Quand au site de l'office du tourisme depuis la fusion des communes en communauté de commune , pratiquement plus de réservation...si l'on n'adhère pas à leur système on va devoir fermer car malgré un important budget un site internet personnel, un nom et des chalets qui sont atypiques,Authentique et unique, je ne sais plus quoi faire!! les charges gonflent à vu d’œil et le bénéfice fond comme neige au soleil.faut-il faire de la quantité plutôt que de la qualité, ce n'est pas ma conception de l'accueil, je voudrais continuer à privilégier le contact humain!!
    Merci pour vos articles, on se sent moins seul face à ces requins.


    http://www.chalets-du-bonheur.com
  19. Anne
    Bonjour,

    J'ai une merveilleuse expérience de la location en direct, et du contact humain essentiel qui va avec.

    Il y a quelques années, j'ai recherché une maison sur une île bretonne très chère à mon coeur. Je cherche sur le net, et tombe sur une annonce correspondant exactement à ce que j'espérais.
    J'appelle la propriétaire, qui pendant l'année vivait à Morlaix, une charmante dame, me disant que d'autres personnes sont déjà en attente, et qu'elle attend leur confirmation.
    Devant mon désaroi (trouver une location sur cette petite île était déjà à l'époque très difficile), elle commence à discuter, et me demande pourquoi je souhaite venir sur son île ! Alors je lui raconte, ma première découverte 10 ans plus tôt, la passion ressentie, une sorte de lien fusionnel avec l'endroit...rien à voir avec une simple envie touristique.
    La conversation prend vraiment un tour amical, nous nous comprenons.
    Et puis soudain elle me dit : "ça ne peut être que vous ! Je vais signaler aux autres personnes que la location est prise."
    Et nous avons passé 15 jours magnifiques, dans une petite maison au confort très spartiate mais tout à fait suffisant, dans l'île que j'aime par dessus tout.
    • Bonjour Anne,

      Voici un bel exemple de l'intérêt d'échanger avant de réserver sans aucune communication humaine... Vacanciers et propriétaires sont toujours gagnants dans une relation entre particuliers ce que n'offre pas la réservation en "un clic".

Ajouter un commentaire

NOS CONSEILS POUR BIEN RÉSERVER AVEC LVP

C’est décidé, pour vos prochaines vacances vous allez louer le logement qui vous convient vraiment, selon vos propres critères !

Il vous reste quelques appréhensions ou inquiétudes face aux nombreuses propositions visibles sur Internet ?

Voici quelques bons conseils et les pièges à éviter pour que vos vacances restent un moment de détente privilégié.

 

Vous avez opté pour la location de particulier à particulier, c’est le bon choix !

LVP est un groupement associatif de propriétaires refusant le diktat des sites commerciaux qui profitent de l’engouement de la location de vacances pour s’enrichir sur le compte des propriétaires et des vacanciers… Nous souhaitons rester fidèle à l’ADN de notre activité : la relation entre particuliers, offrant un site humain qui laisse place aux échanges entre vacanciers et propriétaires tout en facilitant leur mise en contact via internet.
•  Nous vous proposons une sélection de propriétaires respectueux : notre charte de confiance est un gage de qualité, de sérieux et de fiabilité.
•  Chaque propriétaire annonçant sur notre site doit prouver son identité et que le bien qu’il propose lui appartient : Cela limite grandement les risques de fausses annonces !
•  Chaque propriétaire reste votre unique interlocuteur. LVP n’est pas le mandataire du propriétaire et n’intervient aucunement dans le processus de réservation.

 

Vous pouvez facilement vérifier par vous même certaines informations

• Chaque bien doit être présenté le plus précisément possible avec une description de l’emplacement, de sa nature (maison, appartement…) le nombre de pièces, chambres, salle de bain, WC, la surface habitable, annexes, couchages…
• Ayez le réflexe de contacter le propriétaire pour lui poser toutes les questions nécessaires concernant les équipements et les prestations du logement. Vérifiez avec lui la disponibilité et la compatibilité de ce bien avec vos attentes, la proximité des activités et des centres d’intérêt recherchés. Vous pouvez aussi demander d’autres photos si besoin…
• Consultez la réputation de la location sur internet à partir de son nom si c’est possible : Les avis laissés par les vacanciers précédents sur différents sites d’annonces donnent généralement une bonne indication sur la qualité de la location et des relations avec le propriétaire. C’est aussi un très bon moyen de comparer les prix entre les différents sites en sachant que certains facturent des frais de réservation pouvant dépasser 15% du prix du loyer !

 

Si vous décidez de réserver, vous êtes en droit d’exiger de la part du propriétaire un contrat de location qui doit contenir au minimum :

•  Votre nom et les dates de votre réservation,
•  Les coordonnées exactes du propriétaire et les moyens de le contacter : mail, téléphone…
•  L’adresse précise du logement,
•  Le descriptif complet de la location,
•  Le montant total du loyer (charges comprises ou pas, frais de ménage et /ou les éventuels coûts à votre charge) ainsi que le montant des arrhes ou acompte.
•  Le montant de la caution,
•  Les modalités de ces paiements.

Votre réservation sera validée après avoir renvoyé un exemplaire de ce contrat signé par les deux parties et le paiement des arrhes (ou acompte).

Un état des lieux doit être fait à votre arrivée lors de la remise des clefs, ainsi qu’à votre départ pour éviter toute contestation par la suite.

Les conditions de la restitution de la caution doivent être clairement stipulées dans le contrat de location. 

Emportez le contrat de location avec vous pour avoir sous la main toutes les informations qui vous ont été indiquées.

De votre côté, en bon chef de famille ou de groupe, veillez à faire respecter les lieux et le voisinage pour que tout se passe dans la joie et la bonne humeur !

La location de vacances entre particuliers, c’est avant tout une relation de confiance et de respect mutuel qui doit être accompagnée d’un comportement responsable de part et d’autre.

SIGNALER UNE ANNONCE

Nous attachons une grande importance à la qualité des annonces proposées sur notre site. Si malgré notre vigilance vous estimez que cette annonce n’est pas légitime, merci de nous le signaler en précisant les raisons. Nous contacterons directement son propriétaire pour étudier avec lui les raisons de vos doutes.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

BESOIN D’AIDE

Avez-vous consulté la rubrique « Besoin d’aide » dans le menu « Propriétaires » ?
La réponse à votre question attend surement votre lecture…

Si malgré tous nos efforts dans la rédaction de ces guides vous n’avez pas trouvé de solution, contactez-vous. Nous vous aiderons à en trouver une adaptée à votre situation.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

MODIFIER MON ANNONCE

Pour modifier les paramètres de votre annonce, vous devez déplacer votre souris sur l’information que vous souhaitez corriger pour faire apparaitre une icône en forme de crayon qui vous permettra d’accéder aux différents choix possibles.

Important, Il faut être en mode d’affichage “Propriétaire” :

Pour modifier vos photos, vous devez déplacer votre souris sur le diaporama et cliquer sur l’icône en forme de crayon pour accéder à la gestion de vos photos. Vous pourrez alors supprimer des photos, en télécharger de nouvelles, les modifier et les déplacer pour organiser leur ordre d’affichage.

MIGRATION DE MON ANNONCE

LVP propose désormais aux membres adhérents une nouvelle gestion des annonces qui va grandement améliorer la présentation et la mise en avant de celles-ci tout en permettant d’en modifier le contenu directement depuis notre site !

Pour en bénéficier, vous devez recréer votre annonce depuis le nouveau formulaire. Cela vous prendra environ 30 minutes.

Dès que votre nouvelle annonce sera validée, elle remplacera automatiquement l’ancienne.

quis, sit dolor. id Praesent mi, dolor libero. leo.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :