Répondre à : Labels ecolo : que du bidon ?

Accueil FORUMS COMMENT FAIRE LA PROMOTION DE NOS LOCATIONS ? Labels ecolo : que du bidon ? Répondre à : Labels ecolo : que du bidon ?

#1793662
Durian
Durian
Membre BRONZE

Bruno

Vous n’avez pas à être sur la défensive car je ne vous ai pas attaqué. . Ce n’est pas le bon forum pour parler de ce sujet mais comment expliquez-vous ce paradoxe que la communauté des gens qui se soucient de l’environnement est devenue largement majoritaire dans les esprits (à défaut de l’être dans les votes) qu’elle ne cesse de grandir, de gagner en influence et en pouvoir financier, de lever des sommes astronomiques, et que malgré tout les choses vont réellement de mal en pire ( on pourrait écrire exactement la même chose à propos de la santé… ). Je vous donne un scoop : les choses   vont continuer à s’aggraver  pendant un bon bout de temps…… (et je vous donne ma réponse – elle vaut ce qu’elle vaut) : parce que les solutions mises en avant par les  classes dominantes  servent avant tout l’intérêt des classes dominantes, lesquelles dirigent les (faux ) débats . Il en a toujours été ainsi depuis la nuit des temps et il n’y a aucune raison pour que cela ait changé au XXeme siècle au motif que la bourgeoisie aurait pris vaguement conscience d’un problème d’écologie.

Franchement vous croyez que les petits gestes pour la planète vont résoudre l’ampleur des problèmes ? Que cela va prévenir les vols, les crimes, les guerres  qui s’annoncent ? Que les petits gestes de la plèbe vont permettre de  convertir les classes dominantes à l’écologie, les inciter à troquer les jets privés pour des vélos, à renoncer aux résidences secondaires à Avoriaz, et à renoncer à leur pouvoir sur les masses ?

Il y a des ouvrages entiers en français et en anglais  consacrés à ce paradoxe. Ces ouvrages prônent une rupture rapide et définitive avec un modèle capitaliste libéral et productiviste qui éreinte l’homme, qui éreinte la planète , qui éreinte les océans, depuis bien avant l’invention (très récente) de l’industrie ( n’en déplaise aux José  Bové de tous poils ).  Mais ne rêvons  pas il ne va rien se passer de tout cela.

Ca fait très  longtemps que l’homme abuse de son environnement,  de ses frères  humains et  animaux mis en esclavage. Infiniment  plus longtemps que ce que les “écolos” sont disposés à nous faire croire.  S’intéresser à l’histoire et à la préhistoire des dégâts sur l’homme et son environnement  permet  de prendre du recul par rapport à la vacuité des solutions proposées par les bonimenteurs de l’écologie qui cherchent à détourner notre attention des causes profondes. C’est à une démarche spirituelle à laquelle nous sommes conviés. Spirituelle donc  anti-libérale car il n’y a aucune espèce d’arbre, de plante et d’animaux qui peut toiser  ses congénères en s’appropriant une fortune (un  territoire)  un million de fois plus grand que ses voisins en leur faisant de l’ombre et en décidant de leur sort.

En d’autres termes vous admirez  les écologistes qui veulent (par exemple) modérer  la  quantité d’eau nécessaire à un brossage de dents efficace. Mais alors si le débat public doit se limiter à la quantité d’eau nécessaire ( et c’est effectivement ce qu’on constate dans les journaux  de nos jours) ,  alors nous n’aurons jamais de débat sur la nécessité ou non de se brosser les dents pour avoir une dentition saine ? Or qui a décidé que le vrai débat n’était pas celui-là ? Pour le savoir il faut remonter à une époque où le pouvoir des castes médicales n’était pas institutionalisée, gravée dans le marbre de notre insécurité sociale. Je vous le donne en mille : ce n’est pas vous ni moi , ce n’est pas le gouvernement , ce n’est pas l’assemblée nationale, ce n’est pas la presse. C’est la corporation des dentistes (corporation bourgeoise s’il en est)  qui décide tous les jours de se taire sur ce sujet ( y compris en empêchant la création d’une spécialité dentaire inconnue en France quoique très répandue dans les pays anglo-saxons, celle d’hygiéniste dentaire, mais c’est un autre sujet).    Donc les écolos techniciens ergotant sur la quantité d’eau nécessaire à un bon brossage de dents  écarteraient “naturellement ” du débat public  ceux qui prétendent que , dans certaines conditions , se brosser les dents (et donc  consommer x litres d’eau  pour ce faire) ne sert à pas grand chose ( surtout si comme 90 % des français on ne nettoie pas l’espace du collet inter dentaire que la brosse à dents ne peut pas atteindre, mais c’est encore un débat technique). Et vos  écolos bien pensants écarteraient aussi du débat les dentistes anthropologues ( ca existe mais on ne les entend jamais)  qui prétendent que les peuples africains / eskimos  ont vu leur dentition décliner de manière catastrophique quand bien même (” au moment où”  serait plus exact mais trop polémique pour ce forum ) la brosse à dents a fait son apparition en Afrique et au Groëland . Il s’agit bien entendu dans les deux cas d’une coïncidence facheuse  et non d’une causalité mais une coïncidence qui montre tout de même les limites du brossage de dents avec ou sans rationnement écolo de l’eau du robinet  ….

La vérité est celle-ci : l’écologie du rationnement qu’on nous prépare est pitoyable mais elle sert la caste technico-bourgeoise qui dirige les affaires du monde laquelle  a besoin qu’on achète ses brosses à dents et son dentifrice (  et donc son eau du robinet )  pour faire tourner ses usines (très polluantes) de fabrication de brosses à dent , de dentifrices et d’épuration de l’eau mélangée au dentifrice.  Cette caste  n’a AUCUN  intérêt à ce qu’on comprenne dans quelles conditions d’organisation économique ( au sens le plus large du terme “économie”) , nos ancêtres  se sont fort bien passés pendant des millions d’années  de dentifrice et de brosses à dents  (et de lavabo et de robinet en laiton) sans avoir besoin de soins dentaires (en ce incluant :  caries , orthodontie….).

Quand j’étais enfant j’avais cette pensée qui ne m’a jamais quitté : pour que le monde soit aussi  méchant, aussi mesquin, aussi pourri, il faut vraiment que la vérité soit enfouie très  très profond au fond d’un trou gardé par de sacrés vigiles. Rien de ce que j’ai lu ne m’a fait changé d’avis . Bien au contraire.

NOS CONSEILS POUR BIEN RÉSERVER AVEC LVP

C’est décidé, pour vos prochaines vacances vous allez louer le logement qui vous convient vraiment, selon vos propres critères !

Il vous reste quelques appréhensions ou inquiétudes face aux nombreuses propositions visibles sur Internet ?

Voici quelques bons conseils et les pièges à éviter pour que vos vacances restent un moment de détente privilégié.

 

Vous avez opté pour la location de particulier à particulier, c’est le bon choix !

LVP est un groupement associatif de propriétaires refusant le diktat des sites commerciaux qui profitent de l’engouement de la location de vacances pour s’enrichir sur le compte des propriétaires et des vacanciers… Nous souhaitons rester fidèle à l’ADN de notre activité : la relation entre particuliers, offrant un site humain qui laisse place aux échanges entre vacanciers et propriétaires tout en facilitant leur mise en contact via internet.
•  Nous vous proposons une sélection de propriétaires respectueux : notre charte de confiance est un gage de qualité, de sérieux et de fiabilité.
•  Chaque propriétaire annonçant sur notre site doit prouver son identité et que le bien qu’il propose lui appartient : Cela limite grandement les risques de fausses annonces !
•  Chaque propriétaire reste votre unique interlocuteur. LVP n’est pas le mandataire du propriétaire et n’intervient aucunement dans le processus de réservation.

 

Vous pouvez facilement vérifier par vous même certaines informations

• Chaque bien doit être présenté le plus précisément possible avec une description de l’emplacement, de sa nature (maison, appartement…) le nombre de pièces, chambres, salle de bain, WC, la surface habitable, annexes, couchages…
• Ayez le réflexe de contacter le propriétaire pour lui poser toutes les questions nécessaires concernant les équipements et les prestations du logement. Vérifiez avec lui la disponibilité et la compatibilité de ce bien avec vos attentes, la proximité des activités et des centres d’intérêt recherchés. Vous pouvez aussi demander d’autres photos si besoin…
• Consultez la réputation de la location sur internet à partir de son nom si c’est possible : Les avis laissés par les vacanciers précédents sur différents sites d’annonces donnent généralement une bonne indication sur la qualité de la location et des relations avec le propriétaire. C’est aussi un très bon moyen de comparer les prix entre les différents sites en sachant que certains facturent des frais de réservation pouvant dépasser 15% du prix du loyer !

 

Si vous décidez de réserver, vous êtes en droit d’exiger de la part du propriétaire un contrat de location qui doit contenir au minimum :

•  Votre nom et les dates de votre réservation,
•  Les coordonnées exactes du propriétaire et les moyens de le contacter : mail, téléphone…
•  L’adresse précise du logement,
•  Le descriptif complet de la location,
•  Le montant total du loyer (charges comprises ou pas, frais de ménage et /ou les éventuels coûts à votre charge) ainsi que le montant des arrhes ou acompte.
•  Le montant de la caution,
•  Les modalités de ces paiements.

Votre réservation sera validée après avoir renvoyé un exemplaire de ce contrat signé par les deux parties et le paiement des arrhes (ou acompte).

Un état des lieux doit être fait à votre arrivée lors de la remise des clefs, ainsi qu’à votre départ pour éviter toute contestation par la suite.

Les conditions de la restitution de la caution doivent être clairement stipulées dans le contrat de location. 

Emportez le contrat de location avec vous pour avoir sous la main toutes les informations qui vous ont été indiquées.

De votre côté, en bon chef de famille ou de groupe, veillez à faire respecter les lieux et le voisinage pour que tout se passe dans la joie et la bonne humeur !

La location de vacances entre particuliers, c’est avant tout une relation de confiance et de respect mutuel qui doit être accompagnée d’un comportement responsable de part et d’autre.

SIGNALER UNE ANNONCE

Nous attachons une grande importance à la qualité des annonces proposées sur notre site. Si malgré notre vigilance vous estimez que cette annonce n’est pas légitime, merci de nous le signaler en précisant les raisons. Nous contacterons directement son propriétaire pour étudier avec lui les raisons de vos doutes.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

BESOIN D’AIDE

Avez-vous consulté la rubrique « Besoin d’aide » dans le menu « Propriétaires » ?
La réponse à votre question attend surement votre lecture…

Si malgré tous nos efforts dans la rédaction de ces guides vous n’avez pas trouvé de solution, contactez-vous. Nous vous aiderons à en trouver une adaptée à votre situation.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

MODIFIER MON ANNONCE

Pour modifier les paramètres de votre annonce, vous devez déplacer votre souris sur l’information que vous souhaitez corriger pour faire apparaitre une icône en forme de crayon qui vous permettra d’accéder aux différents choix possibles.

Important, Il faut être en mode d’affichage “Propriétaire” :

Pour modifier vos photos, vous devez déplacer votre souris sur le diaporama et cliquer sur l’icône en forme de crayon pour accéder à la gestion de vos photos. Vous pourrez alors supprimer des photos, en télécharger de nouvelles, les modifier et les déplacer pour organiser leur ordre d’affichage.

MIGRATION DE MON ANNONCE

LVP propose désormais aux membres adhérents une nouvelle gestion des annonces qui va grandement améliorer la présentation et la mise en avant de celles-ci tout en permettant d’en modifier le contenu directement depuis notre site !

Pour en bénéficier, vous devez recréer votre annonce depuis le nouveau formulaire. Cela vous prendra environ 30 minutes.

Dès que votre nouvelle annonce sera validée, elle remplacera automatiquement l’ancienne.

consequat. dolor. amet, quis porta. et, non neque. ut