Répondre à : Labels ecolo : que du bidon ?

Accueil FORUMS COMMENT FAIRE LA PROMOTION DE NOS LOCATIONS ? Labels ecolo : que du bidon ? Répondre à : Labels ecolo : que du bidon ?

#1789060
Durian
Durian
Membre BRONZE

Bruno

J’ai le plus grand respect pour les producteurs de bio.  La première assoc à laquelle j’ai adhéré à 18 ans quand je suis arrivé à Paris, fraîchement débarqué de ma province natale ce fût Nature et Progrès. J’avais  lu Matteo Tavera et Masanobu Fukuoka avant l’âge de 25 ans,  20 ans avant  la mode du bio et 30 ans avant celle  de la  permaculture. C’est ainsi que j’ai pu  sauvegarder  de  simples tracts ronéotypés imprimés par les syndicats  agricoles chrétiens dans les années 50,  sur les prémisses  de l’agriculture biologique dans les années de la reconstruction d’après  guerre. Des histoires de paysans marginalisés par le machinisme agricole,  effarés par l’arrivée en masse des engrais industriels vendus à grand renfort de marketing par les ingénieurs tous frais émoulus de l’INRA et déjà  vendus aux multinationales de l’agrochimie arrivées en 45  dans les bottes des GI américains. Des documents que même les  historiens de l’Inra n’ont jamais lu. Et j’ai dans ma bibliothèque les ouvrages les plus rares sur les débuts de la “Soil Association” en Grande Bretagne dans la période de l’entre deux guerres (  les français de “Nature et Progrès” n’ont fait que copier les associations anglaises  et les associations allemandes d’avant guerre sur ces sujets). Sais-tu que parmi le groupe de  pionniers de la Soil Association figure  les premiers préhistoriens de la guerre ? ( la préhistoire des conflits est une sous discipline à part entière, au même titre que l’histoire des guerres )  L’histoire des grandes guerres puniques ( qui ont laissé des traces dans les récits des historiens antiques)  est indéfectiblement liée à l’histoire du développement et de l’extension de l’agriculture  céréalière “intensive” (chaque époque avait ses références en matière d’agriculture ” intensive ” ! ). C’est pourquoi les premiers critiques de l’agriculture moderne allèrent jusqu’à interroger la préhistoire pour comprendre comment la rationalisation  des procédés de labour a accompagné le développement de la  propriété privée  sous l’Antiquité (et donc celui des guerres de razzia ) ,  avant de trouver un développement sans précédent  grâce au machinisme agricole et à l’utilisation du pétrole quelques dizaines de siècles plus tard.

Les recommandations officielles   en matière d’écologie  sont exactement du même acabit que les recommandations officielles  en matière de  nutrition  : suivre ces réglementations ne fera jamais de de toi un écologiste, ni même  une personne en bonne  santé.  Ces recommandations  n’existent QUE pour te donner bonne conscience.

Car  pour le système technicien ( capitaliste) , donner  bonne conscience au consommateur est CRUCIAL. D’abord parce que c’est bon pour le PIB. Ensuite en lui mettant des questions débiles dans le crane, il s’agit d’éviter que le consommateur  ne se pose des questions TROP radicales sur le même sujet . Des questions qui   seraient capables de disqualifier le système d’expertise médico-technico-étatico-capitaliste  que la bourgeoisie a patiemment construit après la Révolution sur les décombres des savoirs traditionnels, dépossédant la  paysannerie traditionnelle (opposée à l’agriculture intensive), les artisans (opposés aux constructions utilisant béton, ciment et parpaings de béton, et privilégiant les matériaux traditionnels ), les rebouteux et autres herboristes  ( disparus ou disqualifiés, remplacés par les pilules  des labos pharmaceutiques), les tenants de la médecine hippocratique cherchant à donner un sens aux maladies et refusant les actes chirurgicaux inutiles (les délires de l’amygdalectomie), ainsi que  ses adversaires historiques traditionnels que furent  (à toutes les époques) les  militaires (accusant la bourgeoisie de créer  les conditions de conflits militaires, voire d’exploiter habilement les conséquences de ces conflits ) et les religieux.

En  faisant commerce uniquement de savoirs médicaux – agricoles – techniques  reproductibles et généralisables à l’ensemble de la population , des animaux , des plantes cultivées (la sélection des gênes et des graines !),   la bourgeoisie a clairement montré son désintérêt pour toute connaissance minutieuse du vivant  et pour  tout savoir idiosyncrasique ( on chercherait en vain dans la presse scientifique la moindre expérience  d’auto-thérapie basée sur l’instinct idiosyncrasique des malades !). L’unique  souci  de la bourgeoisie est désormais de diriger des “troupeaux d’êtres humains” de manière parfaitement rationnelle (il s’ensuit par exemple que tout le monde sera vacciné de la même façon…).  Et c’est bien en prétendant détenir un savoir universel et un  modèle politique unique (démocratique  basé sur des “élections libres” ) qu’elle prétend continuer à asseoir son autorité (de plus en plus contestée.

La situation catastrophique  des sociétés civilisées  (qu’on pourrait résumer par  la formule  “nous dansons sur un volcan…”) dépasse de très loin  la mesquinerie des réglementations du ministère de l’écologie et des labels verts en tout genre sensées nous protéger des conséquences désastreuses de la gestion du monde par l’ordre marchand. Cette situation catastrophique ( conflits armés, pathologies, règne du mensonge…. )  n’a d’égale en réalité que la dépossession et la délégitimation des savoirs traditionnels par les médecins,  ingénieurs  agronomes et autres technocrates dont la présence permanente sur les plateaux  télévisés vise à créer un effet de sidération permanente des populations (voir l’excellent Jacques Ellul) empêchant toute possibilité d’imaginer un autre monde.

Je ne crois pas à l’écologie technocratique d’accompagnement du système capitaliste. Cette écologie là me fait marrer.  Et je ne crois surtout pas à son pouvoir rédempteur.

Si je devais esquisser  la figure de l’écolo sincère à la sauce de ma génération, ce serait quelque chose comme la  figure  du prêtre qui se déplaçait dans le temps  en solex ( car le prêtre n’était pas super pressé  dans ses déplacements), ne sortait jamais de son diocèse, sauf pour aller à l’évêché,  n’allait pas en vacances au bout du monde, ne prenait surtout pas l’avion,   vivait dans une presbytère meublé de manière très “inconfortable” aux yeux des bourgeois , n’avait pas nécessairement de frigidaire ( vu que le réfrigérateur ne sert qu’à stocker  des aliments confectionnés ou déjà industrialisés) ,  et certainement pas de lave linge et encore moins de sèche linge,  et faisait ses courses au marché pour pouvoir  rencontrer ses ouailles en  leur souhaitant  “plus de lien et  moins de biens”.

J’en ai connu des prêtres comme ça quand j’étais gamin. Le prêtre d’antan,  c’est un peu la version ancienne  de ce que des radicaux  essayent  de nous vendre aujourd’hui sous le nom  de “décroissant”. Sans la soutane. Mais avec la même foi dans l’homme,  et la même critique radicale de la société de consommation, de ses mensonges  et de ses illusions.

Si tu me parles de ce modèle là d’écologie , je veux bien entendre tes critiques. Mais si tu veux me vendre ton écologie “puriste”  du robinet qui fuit, du pot catalytique, des panneaux solaires, des labels verts  “qui vaudraient mieux que d’autres”,  et autres  voitures électriques…….désolé je laisse ces âneries aux autres. On ne me la fait pas.

 

 

NOS CONSEILS POUR BIEN RÉSERVER AVEC LVP

C’est décidé, pour vos prochaines vacances vous allez louer le logement qui vous convient vraiment, selon vos propres critères !

Il vous reste quelques appréhensions ou inquiétudes face aux nombreuses propositions visibles sur Internet ?

Voici quelques bons conseils et les pièges à éviter pour que vos vacances restent un moment de détente privilégié.

 

Vous avez opté pour la location de particulier à particulier, c’est le bon choix !

LVP est un groupement associatif de propriétaires refusant le diktat des sites commerciaux qui profitent de l’engouement de la location de vacances pour s’enrichir sur le compte des propriétaires et des vacanciers… Nous souhaitons rester fidèle à l’ADN de notre activité : la relation entre particuliers, offrant un site humain qui laisse place aux échanges entre vacanciers et propriétaires tout en facilitant leur mise en contact via internet.
•  Nous vous proposons une sélection de propriétaires respectueux : notre charte de confiance est un gage de qualité, de sérieux et de fiabilité.
•  Chaque propriétaire annonçant sur notre site doit prouver son identité et que le bien qu’il propose lui appartient : Cela limite grandement les risques de fausses annonces !
•  Chaque propriétaire reste votre unique interlocuteur. LVP n’est pas le mandataire du propriétaire et n’intervient aucunement dans le processus de réservation.

 

Vous pouvez facilement vérifier par vous même certaines informations

• Chaque bien doit être présenté le plus précisément possible avec une description de l’emplacement, de sa nature (maison, appartement…) le nombre de pièces, chambres, salle de bain, WC, la surface habitable, annexes, couchages…
• Ayez le réflexe de contacter le propriétaire pour lui poser toutes les questions nécessaires concernant les équipements et les prestations du logement. Vérifiez avec lui la disponibilité et la compatibilité de ce bien avec vos attentes, la proximité des activités et des centres d’intérêt recherchés. Vous pouvez aussi demander d’autres photos si besoin…
• Consultez la réputation de la location sur internet à partir de son nom si c’est possible : Les avis laissés par les vacanciers précédents sur différents sites d’annonces donnent généralement une bonne indication sur la qualité de la location et des relations avec le propriétaire. C’est aussi un très bon moyen de comparer les prix entre les différents sites en sachant que certains facturent des frais de réservation pouvant dépasser 15% du prix du loyer !

 

Si vous décidez de réserver, vous êtes en droit d’exiger de la part du propriétaire un contrat de location qui doit contenir au minimum :

•  Votre nom et les dates de votre réservation,
•  Les coordonnées exactes du propriétaire et les moyens de le contacter : mail, téléphone…
•  L’adresse précise du logement,
•  Le descriptif complet de la location,
•  Le montant total du loyer (charges comprises ou pas, frais de ménage et /ou les éventuels coûts à votre charge) ainsi que le montant des arrhes ou acompte.
•  Le montant de la caution,
•  Les modalités de ces paiements.

Votre réservation sera validée après avoir renvoyé un exemplaire de ce contrat signé par les deux parties et le paiement des arrhes (ou acompte).

Un état des lieux doit être fait à votre arrivée lors de la remise des clefs, ainsi qu’à votre départ pour éviter toute contestation par la suite.

Les conditions de la restitution de la caution doivent être clairement stipulées dans le contrat de location. 

Emportez le contrat de location avec vous pour avoir sous la main toutes les informations qui vous ont été indiquées.

De votre côté, en bon chef de famille ou de groupe, veillez à faire respecter les lieux et le voisinage pour que tout se passe dans la joie et la bonne humeur !

La location de vacances entre particuliers, c’est avant tout une relation de confiance et de respect mutuel qui doit être accompagnée d’un comportement responsable de part et d’autre.

SIGNALER UNE ANNONCE

Nous attachons une grande importance à la qualité des annonces proposées sur notre site. Si malgré notre vigilance vous estimez que cette annonce n’est pas légitime, merci de nous le signaler en précisant les raisons. Nous contacterons directement son propriétaire pour étudier avec lui les raisons de vos doutes.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

BESOIN D’AIDE

Avez-vous consulté la rubrique « Besoin d’aide » dans le menu « Propriétaires » ?
La réponse à votre question attend surement votre lecture…

Si malgré tous nos efforts dans la rédaction de ces guides vous n’avez pas trouvé de solution, contactez-vous. Nous vous aiderons à en trouver une adaptée à votre situation.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

MODIFIER MON ANNONCE

Pour modifier les paramètres de votre annonce, vous devez déplacer votre souris sur l’information que vous souhaitez corriger pour faire apparaitre une icône en forme de crayon qui vous permettra d’accéder aux différents choix possibles.

Important, Il faut être en mode d’affichage “Propriétaire” :

Pour modifier vos photos, vous devez déplacer votre souris sur le diaporama et cliquer sur l’icône en forme de crayon pour accéder à la gestion de vos photos. Vous pourrez alors supprimer des photos, en télécharger de nouvelles, les modifier et les déplacer pour organiser leur ordre d’affichage.

MIGRATION DE MON ANNONCE

LVP propose désormais aux membres adhérents une nouvelle gestion des annonces qui va grandement améliorer la présentation et la mise en avant de celles-ci tout en permettant d’en modifier le contenu directement depuis notre site !

Pour en bénéficier, vous devez recréer votre annonce depuis le nouveau formulaire. Cela vous prendra environ 30 minutes.

Dès que votre nouvelle annonce sera validée, elle remplacera automatiquement l’ancienne.

amet, consequat. nunc id, dolor tempus dictum ut